skip to Main Content

COMMENT ATTAQUER SAINEMENT L’AUTOMNE À PLEINES DENTS ? LES 5 ASTUCES

1/ LES DIX ALIMENTS SANTÉ DE L’AUTOMNE

Antioxydants, vitamines, antibactériens… Certains aliments de l’automne regorgent de bienfaits santé. Suivez le guide des meilleurs alliés de la saison.

L’ail

S’il donne, certes, une haleine de buffle mal réveillé, on ne peut pas se passer des composés antioxydants, des minéraux et vitamines de l’ail : «C’est littéralement une « armée de renfort », qui aide le système immunitaire, est antibactérien, antiparasitaire et antiviral», détaille le médecin nutritionniste Franck Senninger.

Je le consomme comment ? Idéalement cru, en gousse ou en fragments, pour en conserver les bienfaits. Mais il sera évidemment plus facile de le consommer cuit !

Le chou

Chou blanc, chou rouge, chou frisé, chou-rave, on ne lésine pas sur la famille des crucifères. Peu calorique et riche en différents minéraux – phosphore, potassium, calcium -, le chou est surtout riche en enzymes dites «de phase 2» (comme le sulforaphane), des protéines essentielles à l’élimination de composés potentiellement toxiques dans le corps. «Les enzymes nettoient l’ADN, qui, un peu comme une photocopie d’une photocopie, vieillit au bout d’un certain temps. Ils luttent contre le processus», indique le médecin. C’est la mastication des aliments qui en contiennent qui libère la substance.

Je le consomme comment ? On préfèrera manger les choux rouges et blancs, crus ou en salade, pour conserver leurs propriétés. En revanche, le chou frisé, puissant antioxydant, voit ses effets majorés par la chaleur.

Les noix et châtaignes

Quelle que soit la saison, les oléagineux sont de véritables atouts au quotidien. En automne, on pioche dans les châtaignes, riches en minéraux, peu grasses et antioxydantes. On peut aussi se tourner vers les noix. Ces dernières sont «riches en oméga-3, des acides gras essentiels qui maintiennent notre équilibre nutritionnel et jouent un rôle indispensable au niveau de la peau et du cerveau. Elles contiennent aussi des coenzymes Q10, puissants antioxydants», indique le Dr Franck Senninger. De plus, ils agissent sur les neurotransmetteurs qui régulent l’humeur, grâce au magnésium qu’ils contiennent. Pour finir, les oméga-3 des noix réduisent également les risques cardiovasculaires, «diminuent le taux de cholestérol dans le sang et le taux de diabète. Plusieurs études ont montré qu’une à deux noix par jour permettent de contrôler le poids», ajoute la médecin nutritionniste Corinne Chicheportiche-Ayache (2).

Je les consomme comment ? En collation dans l’après-midi pour remplacer le Kinder Bueno du distributeur. On peut en déguster une petite poignée. On peut aussi en distiller dans nos plats ou encore manger trois à cinq noix en dessert, au déjeuner ou au dîner.
Bon à savoir : La farine de châtaigne ne contient pas de gluten.

Les lentilles

Comme les pois chiches et d’autres aliments de la famille des légumineuses, les lentilles présentent de nombreux bienfaits : «Elles sont une excellente source de protéines et d’antioxydants. Riches en fibres, elles sont de bonnes alliées de la digestion. Attention, les lentilles contiennent du fer dit « non héminique », donc moins bien absorbé par l’organisme», informe Franck Senninger.

Je les consomme comment ? En salade ou cuites, associées à des aliments riches en vitamine C (tomates, choux) pour que le fer soit absorbé correctement. N’oubliez pas de cuire les lentilles à feu moyen dans le double de leur volume d’eau afin de préserver les vitamines.

Le poireau

Au menu : les mêmes bienfaits que ceux trouvés dans l’ail, notamment son rôle dans le renforcement du système immunitaire.
«Il contient des enzymes de phase 2 qui luttent contre le vieillissement de l’ADN. Sa partie verte est riche en antioxydants, en oligo-éléments, en vitamines C et en fibres. Sa partie blanche est plus riche en glucides et en fibres solubles, ce qui en fait aussi un excellent diurétique», indique le professionnel.

Je le consomme comment ? Cuit.
Bon à savoir : Une cuisson à découvert permet de réduire les composés volatiles soufrés, responsables du goût un peu désagréable pour certains. Les personnes naturellement sujettes aux calculs doivent en limiter la consommation.

Pomme, poire, clémentine…

… Et tous les fruits de saison ! Grâce à leur index glycémique très bas, «pomme et poire sont d’excellentes alliées minceur, précise la médecin Corinne Chicheportiche-Ayache. Elles sont riches en fibres, réduisent les risques cardiovasculaires, permettent ainsi un bon transit et jouent un rôle sur la satiété. La poire limite également le passage du cholestérol dans le sang», conclut la professionnelle. Faites également le plein de clémentines, un des aliments les plus riches en vitamines C et dont la peau contient des monoterpènes, substances cardioprotectrices.

Je les consomme comment ? On croque à souhait dans une poire et une pomme, mais on peut aussi les déguster en compote. Évitez les jus ; pressé, le fruit perd de ses bienfaits.
Bon à savoir : les antioxydants se trouvent majoritairement dans la peau, d’où la nécessité de les consommer bio. Pour profiter des bienfaits de l’écorce de clémentine, mangez-la en marmelade (après avoir nettoyé la peau) ou aromatisez vos thés. Les personnes sujettes aux ballonnements doivent limiter la consommation de poires et de pommes.

Le potiron…

Et tous ses cousins de la famille des courges : potiron, potimarron, citrouilles… «Les courges regorgent d’antioxydants, surtout de bêta-carotènes, sont riches en fibres et peu caloriques. Les graines de citrouilles sont aussi très intéressantes car riches en tryptophane, un acide aminé qui booste la production de sérotonine, hormone du plaisir, et procure un effet apaisant», explique la nutritionniste.

Je le consomme comment ? En purée ou en soupe, ou en graines séchées pour la citrouille.

Les fruits de mer

Voilà de quoi justifier votre prochaine soirée fruits de mer auprès de votre amoureux. Mollusques ou crustacés, ils sont d’excellentes sources de protéines. «Ils présentent également un excellent apport en iode, important pour la fonction thyroïdienne, qui contrôle l’ensemble du métabolisme. Ils sont aussi riches en oméga-3. Très peu caloriques et antioxydants (grâce au sélénium et au phosphore), ils sont un allié minceur de choix» informe la nutritionniste.

Bon à savoir : les crabes et les crevettes peuvent être riches en cholestérol.

Le panais

Comme les carottes, il fait partie des légumes racines. Si ces derniers sont intéressants pour l’organisme, c’est entre autres grâce à «leur teneur en fibres, notamment insolubles qui permettent un transit intestinal de bonne qualité et jouent un rôle dans le processus de satiété. Le panais est aussi une bonne source d’antioxydants, de minéraux et d’oligo-éléments», explique Corinne Chicheportiche-Ayache.

Je le consomme comment ? Comme on veut ! Cuit, cru, en bouillie ou en purée.

Les champignons

S’ils parfument et se cuisinent facilement, les champignons sont surtout de véritables alliés santé : « Ils ne contiennent aucune matière grasse, sont riches en eau, en cuivre et en sélénium, d’où leur important pouvoir antioxydant qui lutte contre le vieillissement de l’organisme », indique la nutritionniste.

Je les consomme comment ? En salade ou cuits en poêlée. Attention à la provenance, préférez-les bio.

(1) Auteur de Les aliments qui entretiennent votre santé, 257p., 18, 25 €, Éd. Du Dauphin.
(2) Corinne Chicheportiche-Ayache est médecin nutritionniste à Paris. Pour plus d’informations : www.dr-chicheportiche-ayache-nutrition.fr.

Sources : madame.lefigaro.fr

2/ BOOSTEZ VOTRE ORGANISME AVEC LES VITAMINES DES FRUITS ET LÉGUMES DE SAISON

L’un de nos premiers conseils pour l’automne c’est : booster son organisme ! Avec l’arrivée de l’automne, nous sommes plus susceptibles de développer des maladies mineures telles que le rhume, la grippe, l’amygdalite ou encore la bronchite. Il est temps de renforcer notre organisme et, surtout, de renforcer notre système immunitaire. Les fruits et légumes de saison sont là pour nous fournir les nutriments dont nous avons le plus besoin :

Vitamine C : c’est la vitamine dont nous manquons le plus en automne. Intégrez dans votre alimentation les poivrons, le persil ou encore les pommes ou les poires.

Vitamine A : elle est reconnue pour être bonne pour les os, pour les yeux, pour la peau et pour renforcer le système immunitaire. Vous pouvez la consommer au travers des épinards, des carottes, des potirons, des brocolis ou encore des patates douces.

Vitamine E : elle se trouve principalement dans les huiles : tournesol, germe de blé, colza, olive, thon, noisettes… elle contribue à lutter contre le stress oxydatif.

Vitamine D : pour atteindre ses besoins de vitamine D journaliers, il faudrait être exposé au soleil environ 15 à 20 minutes, bras et jambes découvertes. Quand les rayons du soleil viennent à manquer en automne un apport extérieur en vitamine D peut être nécessaire. Consommer du foie ou des huiles de foie (huile de foie de morue) ou des poissons gras tels que le saumon, la sardine, le thon, les anchois… vous permet un apport intéressant en vitamine D. Dans le cas où l’apport alimentaire en vitamine D n’est pas suffisant et sur avis du médecin il est possible de consommer de la vitamine D sous forme d’ampoule. 

Sources : meersens.com

3/ CONSERVEZ VOTRE RYTHME SPORTIF DE L’ÉTÉ

Cela nous est arrivé à tous. Une goutte de pluie, un coup de vent, et voilà notre routine sportive qui se délite petit à petit. Bon, c’est vrai, après tout, qui a envie de faire du sport quand il fait froid et sombre dehors ? Mon conseil : soyez plus productif et ne vous laissez pas arrêter par le froid qui s’installe. Faire du sport régulièrement peut vous aider à vous débarrasser de votre blues automnal et il est en réalité plus facile de vous exercer sous des températures plus fraîches – vous souffrirez moins de déshydratation par exemple.
Bref, couvrez-vous bien, ainsi que vos enfants, et allez vous promener ! Marcher est simple comme bonjour et ne demande qu’une solide paire de chaussures. Vous pouvez brûler des calories, améliorer votre circulations sanguine et donner un coup de fouet à votre cœur et à vos poumons. Qui plus est, marcher est une excellente façon de réduire son stress.

4/ Comment améliorer votre système immunitaire

Le rhume est très contagieux en cette saison – on peut l’attraper via des surfaces contaminées et se frotter un œil, la bouche ou les narines ensuite. Mais en plus de se laver les mains fréquemment, il y a de nombreuses autres façons d’améliorer son immunité.

Dormir suffisamment est crucial pour le bon fonctionnement de votre système immunitaire. Assurez-vous d’avoir un rythme de sommeil bien établi et de dormir profondément au moins 7 à 8 heures par nuit. Etre très stressé contribue aussi à dégrader notre système immunitaire puisque les gens qui sont soumis à un stress constant ont plus de chances de tomber malade en cas d’exposition au virus du rhume que ceux qui ne le sont pas. Bien que cela paraît difficile de lutter contre un stress chronique, pratiquer quotidiennement la méditation peut faire une grande différence.
Une autre façon de renforcer votre immunité durant la saison des grippes et des rhumes consiste à conserver un exercice sportif régulier. En plus de vous maintenir une forme, une activité sportive régulière renforcera votre système immunitaire. Cerise sur le gâteau : il ne faut que 5 minutes pour que les effets euphorisants de cette pratique se manifestent !

Sources : huffingtonpost.fr

5/ AÉREZ VOTRE LOGEMENT

L’intérieur des habitats est encore plus pollué qu’à l’extérieur ! La pollution de l’air intérieur en hiver est un problème de santé publique. Il est nécessaire d’aérer son logement tous les jours afin de renouveler l’air  et ainsi respirer un air plus sain. Il est conseillé d’ouvrir les fenêtres en grand 5 à 15 minutes par jour.

Ne pas aérer en hiver, sous prétexte qu’il fait froid, vous fera rapidement consommer plus d’énergie et donc, émettre plus de CO2. En effet, lorsqu’il fait froid, le taux d’humidité est plus grand dans la maison. Or, une habitation humide exige plus de chauffage qu’un logement où l’air est sec.

En conclusion : ventiler le logement permet d’aérer et de chasser l’humidité, ce qui permet de consommer moins ! Comment se débarasser de l’humidité ? On vous en dit plus ici.

Sources : meersens.com

Back To Top